le label BIO

01/12/2017 10:52

Il existe beaucoup de label BIO et tous ne veulent pas dire la même chose. Car derrière un label, se cache un cahier des charges. Il faut donc lire ce que veut dire ce label pour être sûr de son achat. Regardons aujourd'hui le label cosmos.

Les origines

En 2002, les cinq principales organisations impliquées dans les référentiels en cosmétique biologique et naturelle se sont réunies à Biofach (le salon international biologique de Nuremberg) et ont convenu de coopérer sur le développement d’une norme unique et harmonisée. C’était une décision audacieuse, car ces organisations étaient très différentes, en compétition l’une avec l’autre et avec des référentiels bien distincts. Toutefois, ils ont reconnu qu’il était dans le meilleur intérêt de l’industrie et des consommateurs d’avoir un référentiel international unique pour les cosmétiques naturels et biologiques. Il n’y a que cela qui assurerait une situation équitable pour tous, un théâtre opérationnel efficace pour les entreprises, une clarté et la confiance des consommateurs, associée à des progrès réels vers un développement durable.

Durant les huit années qui ont suivi, ils ont travaillé dur à développer un référentiel harmonisé qui était à la fois innovant et évolutif, remplissant leurs objectifs communs et conciliant leurs différences.

Après une consultation publique en 2008, le référentiel COSMOS a finalement été publié et mis en vigueur à partir de Janvier 2010.

Que contient-il ?

Le référentiel COSMOS s’applique aux produits cosmétiques vendus comme biologiques ou naturels. Ses principes directeurs sont de :

  • promouvoir l’utilisation de produits issus de l’agriculture biologique et de respecter la biodiversité ;
  • utiliser les ressources naturelles de façon responsable et respecter l’environnement ;
  • utiliser des procédés de fabrication propres et respectueux de la santé humaine et de l’environnement ;
  • intégrer et développer le concept de “Chimie Verte”.

Le référentiel couvre tous les aspects de l’approvisionnement, de la fabrication, du marketing et du contrôle des produits cosmétiques en 12 chapitres.

  • Origine et traitement des ingrédients – décrit cinq catégories, leurs exigences d’origine et comment ils peuvent ou ne peuvent pas être traités :

◦Eau – doit se conformer aux normes d’hygiène ;

◦Minéraux et ingrédients d’origine minérale – doivent être d’origine naturelle et peuvent être modifiés par de simples réactions chimiques ;

◦Agro ingrédients traités physiquement – peuvent être d’origine végétale, animale ou microbienne mais sans OGM, pas d’espèces en danger critique, seulement des productions animales (ne peuvent pas être constitutifs d’animaux) ;

◦Agro ingrédients traités chimiquement – comme ci-dessus, et les traitements chimiques doivent respecter les principes de la Chimie Verte, les ingrédients produits devant se conformer aux limites strictes de toxicité et de biodégradabilité ;

◦Autres ingrédients – une liste très restrictive de conservateurs et autres ingrédients autorisés par dérogation.

Des annexes en fin du Référentiel donnent plus de détails sur les ingrédients précis, les traitements, les réactions chimiques, etc. qui peuvent être utilisés.

  • Composition totale du produit – incluant la façon de calculer le contenu biologique d’ingrédients complexes (exemple : base aqueuse ou autres ingrédients composites) et quelle proportion d’origine biologique est requise pour les produits certifiés biologiques (limites spécifiques en pourcentage pour des agro ingrédients physiquement transformés et le produit total).
  • Stockage, fabrication et emballage – pour assurer une propreté, une hygiène et une traçabilité adéquats tout au long du processus et pour s’assurer que les emballages respectent l’environnement.
  • Gestion environnementale – détails des exigences pour la préservation de l’environnement au travers des procédés de fabrication, gestion, limitation et recyclage des déchets.
  • Etiquetage et communication – définit l’ensemble des exigences pour un étiquetage produit clair et autres revendications pour les consommateurs, afin d’assurer la présence de toutes les informations nécessaires pour le consommateur et l’absence de revendication portant à confusion.
  • Inspection, certification et contrôle – exigences pour tous les produits, leurs ingrédients et leur fabrication afin d’être certifiés par un organisme compétent, autorisé par une accréditation indépendante. Le processus est répété chaque année afin d’assurer une conformité continue.

Les documents du Référentiel COSMOS

En dehors du Référentiel lui-même, le programme comprend ces documents officiels :

Qui peut utiliser ce Référentiel ?

Le Référentiel COSMOS peut être utilisé par toute société ou fabricant souhaitant fabriquer et commercialiser des produits cosmétiques biologiques ou naturels bénéficiant des plus hautes normes, garant de leur intégrité et probité. Pour ce faire, ils doivent s’adresser à un organisme de certification qui procèdera à un audit complet de leurs procédés afin de s’assurer que toutes les exigences du Référentiel sont respectées.

Le Référentiel peut également être utilisé par les organismes de certification pour proposer cette prestation à leurs clients. Pour ce faire, ils doivent s’inscrire auprès de Standard-COSMOS AISBL, incluant l’adhésion en tant que membre associé, et parallèlement s’adresser à leur organisme d’accréditation référencé, afin d’obtenir l’accréditation pour les champs qu’ils veulent certifier.

Comment fonctionne  le Référentiel ?

Le Référentiel appartient à COSMOS-Standard AISBL ; son Conseil  élu est responsable de son maintien et de sa mise à jour. Le conseil suit un processus ouvert et annonce lorsqu’il entreprend une revue du référentiel, qu’il assortit d’un calendrier pour consultation publique, prévoyant en général deux tours ; un premier pour rassembler les premiers commentaires et les propositions de modifications, un second pour commenter les changements opérés.

Comité Technique

Le conseil se fait assister du Comité Technique, constitué de spécialistes techniques nommés par le conseil, en général issus des organisations membres, bien qu’ils participent à titre individuel et non en tant que représentants de leurs entreprises ou pour tout autre intérêt. Leur rôle est d’apporter des interprétations appropriées sur toute question technique émergeante, et d’identifier tout problème du Référentiel devant être considéré, en fournissant des préconisations pour les traiter.



En savoir plus : http://www.lespaniersdemaryse.be/

Il existe beaucoup de label BIO et tous ne veulent pas dire la même chose. Car derrière un label, se cache un cahier des charges. Il faut donc lire ce que veut dire ce label pour être sûr de son achat. Regardons aujourd'hui le label cosmos.

Les origines

En 2002, les cinq principales organisations impliquées dans les référentiels en cosmétique biologique et naturelle se sont réunies à Biofach (le salon international biologique de Nuremberg) et ont convenu de coopérer sur le développement d’une norme unique et harmonisée. C’était une décision audacieuse, car ces organisations étaient très différentes, en compétition l’une avec l’autre et avec des référentiels bien distincts. Toutefois, ils ont reconnu qu’il était dans le meilleur intérêt de l’industrie et des consommateurs d’avoir un référentiel international unique pour les cosmétiques naturels et biologiques. Il n’y a que cela qui assurerait une situation équitable pour tous, un théâtre opérationnel efficace pour les entreprises, une clarté et la confiance des consommateurs, associée à des progrès réels vers un développement durable.

Durant les huit années qui ont suivi, ils ont travaillé dur à développer un référentiel harmonisé qui était à la fois innovant et évolutif, remplissant leurs objectifs communs et conciliant leurs différences.

Après une consultation publique en 2008, le référentiel COSMOS a finalement été publié et mis en vigueur à partir de Janvier 2010.

Que contient-il ?

Le référentiel COSMOS s’applique aux produits cosmétiques vendus comme biologiques ou naturels. Ses principes directeurs sont de :

  • promouvoir l’utilisation de produits issus de l’agriculture biologique et de respecter la biodiversité ;
  • utiliser les ressources naturelles de façon responsable et respecter l’environnement ;
  • utiliser des procédés de fabrication propres et respectueux de la santé humaine et de l’environnement ;
  • intégrer et développer le concept de “Chimie Verte”.

Le référentiel couvre tous les aspects de l’approvisionnement, de la fabrication, du marketing et du contrôle des produits cosmétiques en 12 chapitres.

  • Origine et traitement des ingrédients – décrit cinq catégories, leurs exigences d’origine et comment ils peuvent ou ne peuvent pas être traités :

◦Eau – doit se conformer aux normes d’hygiène ;

◦Minéraux et ingrédients d’origine minérale – doivent être d’origine naturelle et peuvent être modifiés par de simples réactions chimiques ;

◦Agro ingrédients traités physiquement – peuvent être d’origine végétale, animale ou microbienne mais sans OGM, pas d’espèces en danger critique, seulement des productions animales (ne peuvent pas être constitutifs d’animaux) ;

◦Agro ingrédients traités chimiquement – comme ci-dessus, et les traitements chimiques doivent respecter les principes de la Chimie Verte, les ingrédients produits devant se conformer aux limites strictes de toxicité et de biodégradabilité ;

◦Autres ingrédients – une liste très restrictive de conservateurs et autres ingrédients autorisés par dérogation.

Des annexes en fin du Référentiel donnent plus de détails sur les ingrédients précis, les traitements, les réactions chimiques, etc. qui peuvent être utilisés.

  • Composition totale du produit – incluant la façon de calculer le contenu biologique d’ingrédients complexes (exemple : base aqueuse ou autres ingrédients composites) et quelle proportion d’origine biologique est requise pour les produits certifiés biologiques (limites spécifiques en pourcentage pour des agro ingrédients physiquement transformés et le produit total).
  • Stockage, fabrication et emballage – pour assurer une propreté, une hygiène et une traçabilité adéquats tout au long du processus et pour s’assurer que les emballages respectent l’environnement.
  • Gestion environnementale – détails des exigences pour la préservation de l’environnement au travers des procédés de fabrication, gestion, limitation et recyclage des déchets.
  • Etiquetage et communication – définit l’ensemble des exigences pour un étiquetage produit clair et autres revendications pour les consommateurs, afin d’assurer la présence de toutes les informations nécessaires pour le consommateur et l’absence de revendication portant à confusion.
  • Inspection, certification et contrôle – exigences pour tous les produits, leurs ingrédients et leur fabrication afin d’être certifiés par un organisme compétent, autorisé par une accréditation indépendante. Le processus est répété chaque année afin d’assurer une conformité continue.

Les documents du Référentiel COSMOS

En dehors du Référentiel lui-même, le programme comprend ces documents officiels :

Qui peut utiliser ce Référentiel ?

Le Référentiel COSMOS peut être utilisé par toute société ou fabricant souhaitant fabriquer et commercialiser des produits cosmétiques biologiques ou naturels bénéficiant des plus hautes normes, garant de leur intégrité et probité. Pour ce faire, ils doivent s’adresser à un organisme de certification qui procèdera à un audit complet de leurs procédés afin de s’assurer que toutes les exigences du Référentiel sont respectées.

Le Référentiel peut également être utilisé par les organismes de certification pour proposer cette prestation à leurs clients. Pour ce faire, ils doivent s’inscrire auprès de Standard-COSMOS AISBL, incluant l’adhésion en tant que membre associé, et parallèlement s’adresser à leur organisme d’accréditation référencé, afin d’obtenir l’accréditation pour les champs qu’ils veulent certifier.

Comment fonctionne  le Référentiel ?

Le Référentiel appartient à COSMOS-Standard AISBL ; son Conseil  élu est responsable de son maintien et de sa mise à jour. Le conseil suit un processus ouvert et annonce lorsqu’il entreprend une revue du référentiel, qu’il assortit d’un calendrier pour consultation publique, prévoyant en général deux tours ; un premier pour rassembler les premiers commentaires et les propositions de modifications, un second pour commenter les changements opérés.

Comité Technique

Le conseil se fait assister du Comité Technique, constitué de spécialistes techniques nommés par le conseil, en général issus des organisations membres, bien qu’ils participent à titre individuel et non en tant que représentants de leurs entreprises ou pour tout autre intérêt. Leur rôle est d’apporter des interprétations appropriées sur toute question technique émergeante, et d’identifier tout problème du Référentiel devant être considéré, en fournissant des préconisations pour les traiter.

 

Précédent